• Marie

Découvrir la kinésiologie avec Claire

Après vous avoir fait découvrir la sophrologie avec Camille, c'est aujourd'hui Claire qui se prête au jeu des questions-réponses pour vous faire découvrir la kinésiologie. A titre personnel, j'ai toujours eu du mal à comprendre quand quels cas il est intéressant de faire des séances de kinésiologie. Je laisse donc la parole à Claire pour éclaircir ce sujet !



Bonjour Claire ! Est-ce que tu peux te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Claire et je suis Kinésiologue certifiée, et j’exerce en cabinet depuis les premiers jours de cette année 2021, dans le centre-ville de Grenoble.


Est-ce que tu peux nous décrire ton parcours vers la kinésiologie ? As-tu d’autres formations en poche ?

J’ai eu un parcours éclectique avant d’arriver où j’en suis : musicienne à haut niveau, diplômée d’un master dans la parfumerie, et aujourd’hui la kinésiologie.

C’est assez drôle parce qu’avant de pratiquer la kinésiologie, j’ai été moi-même patiente pour traiter une phobie particulièrement ancrée. Je me souviens avoir fait deux séances dessus, sans être convaincue, j’étais intriguée par la kinésiologie parce que j’étais “vue” comme moi je voyais le monde.

Pour en revenir à la question, la Kinésiologie n’aura pas suffi à elle seule à régler ma phobie, j’étais donc semi-convaincue, mais intriguée, et puis les mois ont filé et la kinésiologie m’est sortie de l’esprit. Je suis partie derrière à l’étranger pendant 12 mois, et au cours de ces 12 mois, j’ai travaillé sur moi accompagnée par un neurothérapeute et c’est sur cette période que j’ai compris que je souhaitais travailler à mon compte, être mon seul patron. Le monde de la parfumerie étant un monde fermé, difficile et ma confiance en moi étant minime alors, je ne me sentais pas capable de me mettre en indépendante dans ce domaine. Outre la parfumerie, aider les autres était quelque chose que j’appréciais beaucoup, étant de nature très curieuse, observatrice et j’analyse énormément ce que je vois, ce que je sens, ce que j’entends.


Je ne me rappelle pas comment je suis arrivée à la kinésiologie, ce que je raconte à tout le monde et qui est vrai, c’est que j’ai l’impression de m’être réveillée un matin d’hiver avec la sensation que la kinésiologie était une évidence et que cela ne pouvait pas être autre chose. J’allais donc intégrer une école de kinésiologie en Septembre 2019 (et une seconde pour me diversifier en Avril 2020).


Durant mon année à l’étranger, je me suis formée sur les Fleurs de Bach, l’EFT et j’ai également des certifications poussées en Aromathérapie. C’était mon domaine, une énorme partie de mes études de parfumerie, et je le maîtrisais déjà, mais je souhaitais passer des certifications pour pouvoir me laisser l’opportunité d’exercer l’aromathérapie si un jour il m’en venait le souhait. Toutes ces formations me servent aujourd’hui au cabinet dans mes séances de kinésiologie.


Qu’est-ce que la kinésiologie t’a apporté personnellement ?


Il faut savoir qu’en école de kinésiologie (comme en ostéopathie, etiopathie etc.), nous apprenons qu’il est important d’espacer les consultations pour que le corps de la personne et la personne en elle-même ait un temps de traitement, de digestion, d’intégration des informations et des rééquilibrages reçus pendant la séance.


Lorsque l’on est en cours, on donne autant de séances, que l’on en reçoit : là où les personnes qui nous consultent reçoivent une séance toutes les 3 à 4 semaines, nous en recevons parfois 3 à 4 par jour sur 2 à 5 jours suivant les modules étudiés. Donc évidemment, on en apprend beaucoup sur soi, on en découvre beaucoup ! C’est une thérapie supplémentaire (en plus de celle que chaque thérapeute devrait avoir à faire pour accompagner les consultants au mieux en cabinet derrière). La kinésiologie m’a permis de traiter, de solutionner, de comprendre, d’éclaircir, de nettoyer pleins de choses me concernant.


Est-ce que tu peux nous expliquer ce qu’est la kinésiologie ? Comment fonctionne le test musculaire ?


“La kinésiologie est une technique psycho-corporelle regroupant un ensemble de techniques de gestion du stress et de libération des émotions”, voilà pour la présentation un peu classique. Mais la kinésiologie c’est plus que cela, c’est un accompagnement personnalisé des personnes qui nous consultent qui vise à aider, soutenir, apporter des pistes de réflexions et des réponses, et éduquer la personne dans son cheminement vers un mieux-être certain, dans le développement de son potentiel, dans sa gestion du quotidien face à du stress notamment. Le travail autour de l’émotionnel et du lien corps-mental est la base du quotidien d’un kinésiologue, le but étant vraiment d’amener la personne consultante à un état d’équilibre et de bien-être qui lui est propre.


La kinésiologie tire ses origines de la chiropractie (USA, années 60) avec notamment le test musculaire, qui nous permet d’identifier les stress, blocages et charges émotionnelles etc. J’aime beaucoup imager le principe du test musculaire parce que cela devient tout de suite plus clair : quand vous êtes heureux, bien dans vos baskets, à votre place, vous n’avez pas forcément conscience de cela mais vous avez une énergie débordante, et votre corps est tonique. Maintenant, tout le monde a déjà vécu une situation beaucoup moins sympathique où l’on vous annonce une mauvaise nouvelle et d’un seul coup, vous vous sentez cotonneux.se, vaseux.se et vous ressentez le besoin de vous asseoir parce que vous avez l’impression que vous allez tomber. Et bien ça c’est une perte (totale) du tonus musculaire. Votre corps subit un stress important = le tonus musculaire n’est plus là.


Et bien les kinésiologues sont les détecteurs de ces pertes de tonus musculaire (donc en somme des détecteurs de stress), nous établissons un dialogue avec le corps et l’inconscient de la personne grâce au test musculaire et suivons les pertes de tonus pour remonter aux causes des problématiques que les personnes confrontent actuellement (et qui sont les raisons pour lesquelles ils viennent nous consulter).


Comment se passe un accompagnement en kinésiologie ?


En ce qui concerne les séances, c’est assez “simple” : la personne vient nous voir avec ses difficultés, il y a un échange pour avoir le contexte, ce qui l’a amené.e à passer la porte du cabinet etc., comme lorsque vous allez voir votre médecin. Et ensuite, la séance se passe sur la table (assis.e, allongé.e) où nous allons aller chercher des informations en dialoguant avec le corps de la personne, ainsi que son inconscient, pour faire remonter des informations, créer des liens inconscient-conscient, apporter des éléments de réponse et surtout rééquilibrer la personne. Très souvent, la kinésiologie se pratique sous forme de suivi (plusieurs séances espacées de 2, 3, 4 semaines suivant les besoins du corps) mais il est aussi possible de faire ce que l’on appelle des séances “one shot”.


Quels types de problématiques accompagnes-tu ?


Toute problématique liée de près ou de loin à du stress peut être accompagnée par de la kinésiologie : confiance en soi, estime de soi, difficultés liées à l’apprentissage, difficultés autour de la grossesse, difficultés de l’enfance (sommeil, énurésie etc.), phobies, angoisses, peurs, obsessions, addictions, effets annexes de maladie, psychosomatique, problèmes chroniques, etc.


Que peux-tu proposer aux femmes qui viennent te voir pour des troubles en lien avec la sphère gynécologique ? Quels types de problématique as-tu rencontré au cabinet en lien avec la sphère gynécologique ?


Dépendamment du problème, et suivant ce qui sort durant la séance, nous avons en kinésiologie pleins de techniques qui ciblent la sphère gynécologique. Pour ma part, il arrive très souvent que je travaille sur cette sphère avec de l’olfactothérapie (thérapie par les odeurs) ou la facilitation cranio-sacrée (lien crâne-sacrum), qui sont des techniques propres à ma pratique et que vous ne retrouverez pas forcément chez d’autres kinésiologues.


En ce qui concerne les problématiques amenées au cabinet, durant mon cursus d’apprentissage j’ai vu des cas de difficulté pour tomber enceinte, récemment ce sont notamment des règles douloureuses que j’ai pu voir, travailler indirectement sur des SOPK et endométriose en travaillant sur les effets secondaires qu’ils provoquaient chez les patientes.


Pour toi, comment la naturopathie et la kinésiologie se complètent-elles ?


J’ai la conviction profonde que les pratiques dites holistiques sont faites pour travailler en synergie afin d’accompagner le.la consultant.e sur l’ensemble de sa personne. La naturopathie et la kinésiologie sont deux techniques qui abordent la personne dans son entièreté, donc le rapport à l’assiette, la nourriture et les symboliques associées, les traumas, l’émotionnel, l’énergétique, le structurel : rien n’est laissé au hasard.


De la même façon, les naturopathes et les kinésiologues travaillent parfaitement en synergie avec les ostéopathes, les métiers associées à la posturologie (podologie, dentisterie), les orthoptistes, les orthophonistes, les sage-femmes, et même les médecins.


Merci Claire de t'être prêtée au jeu des questions-réponses !


Contact, site, réseaux sociaux



Vous pouvez me retrouver au cabinet au 4 Rue Alexandre Ier de Yougoslavie dans le centre de Grenoble (proche Jardin de Ville), ou bien me joindre par téléphone, mail ou les réseaux. Je serais ravie de vous accompagner et de vous aider au mieux afin que vous retrouviez votre équilibre, votre énergie, votre joie.


téléphone : 0767900949

mail : claireltx@icloud.com

site internet : https://www.clairelethielleux.com

facebook : claireltxkinesiologie

instagram : claireltx.kinesiologie


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout