• Marie

La phase menstruelle

La phase menstruelle correspond à la période des règles. Elle dure en général entre 3 et 5 jours. Elle est l'aboutissement de toutes les phases précédentes et le signe qu'une grossesse n'a pas débuté. On emploie le terme de "règles" uniquement si une ovulation a bien eu lieu. Sinon, il s'agit de saignements intermenstruels ou de privation en cas de contraception hormonale.

Les hormones

Le corps jaune, qui a assuré la production de progestérone lors de la phase lutéale est réabsorbé par l'organisme. En conséquence, la production de progestérone chute, ce qui entraîne l'évacuation de l'endomètre (les règles). Les œstrogènes connaissent un léger pic puis s'effondrent, signalant à l'hypothalamus de se préparer pour un nouveau cycle.


Si la production de progestérone a été correcte dans les jours qui précèdent, l'endomètre ne doit pas être trop épais ou inflammé, il doit se détacher facilement. Une grande partie de l'endomètre (environ les 2/3) ne s'évacue pas mais est réabsorbé par le corps.


Le flux menstruel doit principalement être liquide, ou en tout cas sans gros caillot. Le corps libère naturellement des anti-coagulants pour amincir la muqueuse utérine et l'aider à s'évacuer plus facilement. Si le flux est abondant, des caillots peuvent se former car les anti-coagulants n'ont pas eu le temps d'agir. Ils sont normaux mais doivent rester peuvent nombreux et de petite taille.


Le sang des règles va normalement du rouge pâle au rouge vif lorsque le sang s'écoule plus rapidement. Lorsque le flux est moins abondant, notamment en début et fin de règles, il peut être plus foncé, voire marron car il s'est oxydé au contact de l'air. Ce phénomène est normal. Attention cependant si des saignements surviennent en dehors des règles ou si les pertes dégagent une odeur nauséabonde. Si c'est le cas, consultez votre médecin ou une sage-femme.


Un flux est considéré comme "normal" autour de 50 mL par cycle. Vous pouvez mesurer cette quantité en utilisant une coupe menstruelle ou en observant la fréquence à laquelle vous changez de protection : vous ne devriez pas avoir besoin d'en changer plus d'une fois toutes les deux heures durant la journée. Le flux doit ralentir la nuit, à cause de la position allongée, vous ne devriez pas avoir besoin d'en changer.


L'humeur

C'est la période idéale pour la réflexion et pour se tourner vers l'intérieur de soi. Après les fluctuations émotionnelles de la phase précédente, l'arrivée des règles peut apporter une certaine forme d'apaisement. On peut être plus à même de synthétiser (pensez-y dans votre vie professionnelle !) et de déterminer la meilleure voie à suivre.


Si vous en ressentez le besoin, n'hésitez pas à prendre plus de temps pour vous reposer : couchez-vous plus tôt, faites la sieste si vous le pouvez, marchez doucement, profitez du soleil s'il est de la partie ! L'idée est de s'offrir un ralentissement qui sera bénéfique pour tout le cycle à venir. Si vous le pouvez, reposez-vous sur les autres membres de votre famille pour l'accomplissement des tâches ménagères, la préparation des repas, les devoirs des enfants... Vous pouvez également prendre du temps pour réfléchir à la manière d'anticiper cette période : y a-t-il certaines tâches que vous pourriez effectuer plutôt en phase folliculaire, ovulatoire ou prémenstruelle ?


Reposez-vous et observez le mois écoulé, notez les choses de votre vie sur lesquelles vous pourriez travailler. C'est le moment de faire confiance à votre intuition : que vous dit-elle ? Vous pouvez écrire, noter ce sur quoi vous pourriez lâcher prise et ce que vous pourriez modifier le mois prochain. Utilisez ces réflexions comme point de départ aux intentions que vous poserez lors de la prochaine phase folliculaire.


Vous pouvez également porter attention aux décisions que vous avez repoussées lors de la phase pré-menstruelle. Les émotions sont désormais plus stables. Vous pouvez prévoir un plan d'action, ce qui vous permettra de mieux orienter votre énergie lors des phases suivantes.

Les activités à privilégier lors de la phase menstruelle

C'est le moment du cycle où l'énergie est la plus basse. Ne vous forcez pas à faire des séances fatigantes qui demandent beaucoup d'énergie si vous ne vous en sentez pas capable. L'exercice trop intense peut être source de stress pour l'organisme, qui peut lui-même causer des perturbations du cycle menstruel. Préférez les activités "restoratives", réparatrice pour le corps et l'esprit comme la marche, le yoga doux, le Pilates, les exercices de respiration, la sieste...


Sur le plan social, vous pouvez sentir le besoin de vous retirer du monde, de voir moins de gens, voire de descendre en vous-même. Vous pouvez même avoir l'impression de vivre une méditation permanente. Connectez-vous à vos ressentis intérieurs : ressentez-vous un besoin de changement ? Comment pourriez-vous poser des jalons pour avancer vers ce changement ?


Vous pouvez laisser vagabonder votre esprit et imaginer différents scénarii, vos projeter dedans, imaginer vos ressentis face à ces changements. Plus vos rêveries sont détaillées, plus les situations d'abord imaginaires deviennent réelles pour votre inconscient et plus vous pouvez avancer pour les réaliser.

Une pratique de yoga à tester

Pour prendre soin de vous en douceur en cette période de règles, je vous conseille cette séance de Marine Chapon. Vous pouvez également pratique une séance avec une bouillotte si vous en ressentez le besoin.


Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux pour soutenir mon travail !



Sources :

Kiffe ton cycle, Gaëlle Baldassari

La femme optimale, Miranda Grey

Rituels de femmes pour explorer les secrets du cycle féminin, Johanna Dermi et Séréna Zigrino

Period repair Manual, Lara Briden ND

Better period food solution, eat your way to a lifetime of healthier cycles, Tracy Lockwood Beckerman

Woman Code, Alisa Vitti

In the Flo, Alisa Vitti

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout